Le Delta du Mekong en 3 jours

Au sud du Vietnam, on ne voulait pas louper le delta du Mekong. Le fleuve s’éclate ici en 9 bras et jette ses eaux boueuses dans la mer de Chine. C’est le grenier à riz du Vietnam ! Le sol fertile permet une production de riz qui permet l’exportation mondiale. Mais on ne vient pas ici pour se balader dans les rizières, le delta a plus à offrir. On vient ici pour observer la vie des habitants autour du fleuve plus que pour les paysages. En effet, tout dépend du Mekong : les travaux agricoles, la pêche, le marché, les habitations, les transports, les traditions. Rien ne se fait sans lui. Alors pour avoir le temps de bien s’imprégner de cette vie au rythme du Mekong, on a pris une excursion de 3 jours.

Si tu nous suis, tu dois savoir qu’on ne prend qu’occasionnellement des excursions et qu’on organise tout nous-même. Sauf que les infos sur les transports sont difficiles à trouver et on s’est dit qu’on verrait beaucoup plus de choses en peu de temps, qu’on aurait un guide et qu’on ne s’embêterait pas à se demander comment rejoindre notre prochaine destination. En bref, on voit plus dans un même laps de temps.

L’agence TNK Travel nous est parue sérieuse et on a fait bonne pioche ! La guide Anh ne manquait pas d’humour et on était un petit groupe de 15 personnes.

Que voir et que faire dans le delta du Mekong ?

Voici notre programme sur 3 jours.

Jour 1 : Dans les méandres du Mekong

Nous avons 3 heures de route pour arriver à notre premier stop. On constate que les rizières sont toutes brunes à cette époque. Le reste du paysage ne nous éblouit pas non plus. Il faut dire que les rebords de route sont jonchés de déchets en tout genre. (Mon côté germanique doit se contenir car oui, j’aime quand c’est propre !). On prend un bateau sur le Mekong et notre premier arrêt s’avère être la découverte d’une plantation de fruits tropicaux… qui se transforme pour moi en parcours du combattant : entorse et béquilles ne font pas bon ménage avec rondins de bambou en guise de pont et étroits chemins de terre. De plus, la guide est bien devant mais heureusement un touriste malaysien super sympa nous montre tout : cacaotier, fruits de jacquier, durians, etc.

delta_mekong_01
Le groupe de musique traditionnelle

Le deuxième arrêt consiste en la découverte de la musique traditionnelle vietnamienne. Un moment épique ! Je pensais que les musiciens étaient en train d’accorder leurs drôles d’instruments mais voilà que la chanteuse pousse la chansonnette d’un son strident, aigu et… sans vraiment de mélodie. Pour nos oreilles européennes, c’est décontenançant. Moi qui aie plutôt un bon sens du rythme, je serais bien incapable de rentrer au bon moment. (Mais en même temps, je ne m’infligerais pas des chants vietnamiens car un ou deux, ça va, mais plus… le temps commence à se faire long !) Etape suivante: une balade en barque à Ben Tre, l’un des plus beaux endroits du Mekong. Des petits bras du fleuve sont bordés de part et d’autre de magnifiques palmiers qui forment comme une anse au-dessus de l’eau.

delta_mekong_02
Les canaux de Ben Tre
delta_mekong_03
On voit aux pieds des palmiers que c’est la saison sèche

Ce moment paisible est coupé car des voisins ont décidé de pousser la chansonnette en mode « techno-karaoké ». On arrive presque en même temps au stop suivant : la fabrique de bonbons à la coco. On nous explique sommairement comment on extrait le lait de la coco puis comment celui-ci est chauffé et mélangé pour devenir un bonbon qui colle sacrément aux dents ! Pour animer les touristes, on goûte aussi à l’alcool de riz local parfumé au cobra : « pouah », je trouve ça infect. Flavien trouve ça correct.

Mouais, je pense que ses goûts se sont vraiment trop dégradés depuis qu’on a quitté la France. Va falloir lui faire des piqûres de rappel. On a aussi l’occasion de porter sur ses épaules un beau python inoffensif. Je m’y lance! C’est froid et les écailles sont très douces. Mais le type se barre pendant mon tour et je commence à paniquer en regardant la gueule du serpent qui sort sa langue fourchue de trop près (désolée Sylvie pour les détails). Flavien, lui est impassible.

On retourne sur le bateau pour déjeuner sur l’île aux tortues où on découvre les spécialités locales dont un poisson tout frit à ne surtout pas retourner pour cause de malchance !

L’après-midi, nous nous rendons à Can Tho, la plus grande ville au cœur du delta, où on passera la nuit.

Jour 2 : Marché flottant sur le Mekong

Réveil matinal le lendemain pour se rendre au marché flottant de Cai Rang. Celui-ci est accessible par bateau en 30 minutes depuis l’embarcadère de Can Tho. Le marché flottant ou « Floating market » est ce que nous attendions avec le plus d’impatience.  Pourquoi ? Parce que c’est le plus grand marché flottant de grossistes du delta du Mekong. On y croise une myriade de bateaux spécialisés dans les fruits et légumes, vêtements, céréales… qui vendent leur marchandise ou la troquent. On observe en arrivant une marée de chapeau conique emblématique du Vietnam. Chaque bateau expose au bout d’un bâton en bambou ce qu’il vend.

delta_mekong_07

delta_mekong_08
Le marché flottant de Cai Rang
delta_mekong_09
Les vietnamiens peignent des yeux à la proue du bateau pour qu’il « ouvre la voie »
delta_mekong_10
Marché flottant de Cai Rang

Le côté moins sympa est que les locaux savent que les touristes débarquent ici. Ils s’accrochent et insistent pour vendre leur marchandise. Juste avant de repartir, c’est notre bateau cette fois qui s’accroche à un bateau qui vend des ananas. 10 000 dongs la moitié d’ananas soit 0,38€. Quel délice !!

delta_mekong_11
Un des meilleurs ananas de ma vie !

Pourquoi les vietnamiens sont-ils si accrochés à leur chapeau conique ?

On pourrait croire qu’il est cliché mais en visitant le pays, on se rend compte qu’il est encore d’actualité. Alors pourquoi ne pas le remplacer par des chapeaux plus modernes et moins encombrants ? Parce que ce chapeau cache en fait plus d’une fonction. En premier lieu, il est surtout adapté aux travaux des champs et sert à se prémunir contre le soleil, contre la pluie ou servir d’éventail. Mais il est aussi utilisé comme bol pour contenir légumes, eau… Grâce à ses démarcations internes, il sert aussi de mesure : « hier j’ai donné 2 mesures de riz, je sais exactement la quantité qu’on doit me rendre ». Ingénieux, ces vietnamiens !

Puis on se rend dans un endroit où on a du temps libre. Soit on peut louer des vélos (vue la chaleur et mon entorse, non merci) soit se reposer. On choisit donc la deuxième option comme tout le monde ce jour-là. Les locaux font cuire au barbeuc des spécialités locales : rats, crapauds, escargots, serpents… Et devine ce qu’a pris Flavien ? En hommage à sa maman qui adore ça, il a choisi… le serpent (et le rat) !

Il a quand même partagé ça avec des espagnoles qui étaient motivées. Il faut dire que le serpent est assez fin et qu’une fois cuit, le cuistot le découpe aux ciseaux sans séparer la chair du reste. Du coup, on retrouve des petits morceaux de serpents quatre-en-un ! C’est-à-dire chair, peau, boyaux, os… J’ai malheureusement perdu la vidéo où Flavien tire la tronche en goûtant mais le verdict est sans surprise hein : il n’a pas aimé 🙂

delta_mekong_14
Tu la vois la gueule de celui qui regrette mais qui veut pas le montrer ?

On se rend ensuite dans une fabrique de nouilles de riz ! Et oui, ces fameuses nouilles blanches qu’on retrouve dans tous nos restos chinois. On ne sait jamais vraiment comment elles sont faites. On utilise en fait de la farine de riz mélangée à de la farine de tapioca (dans cette fabrique, mais il y a plusieurs techniques) avec un peu d’eau. On fait bouillir le tout, puis on le fait cuire en fine crêpe, on le fait sécher. On obtient une feuille de riz sèche qu’on découpe en forme de nouilles. Un jeu d’enfants !

On retourne ensuite sur Can Tho pour déjeuner. On passe ensuite de longues heures de route pour atteindre la ville de Chau Doc à la frontière du Cambodge. On se rend directement au sanctuaire des oiseaux de Tra Su. Un bien joli endroit que l’on découvre à bord de barques à rames. Que ça fait du bien de ne pas avoir de bruits de moteurs !

delta_mekong_18b
Le sanctuaire des oiseaux de Tra Su

Bon on doit dire qu’on a trouvé la balade un peu courte compte-tenu de tout ce chemin parcouru. Les oiseaux sont jolis mais ayant fait le Pantanal moins d’une semaine avant (ouais ok, on est super chanceux), on n’a pas été émerveillés. Il faut dire qu’on a vu beaucoup plus d’espèces différentes au Brésil qu’ici.

delta_mekong_17
Le marais de Tra Su

On retourne à Chau Doc où on dîne avec une américaine de Louisiane et un suédois retraité en vadrouille.

delta_mekong_19a
Vue la chaleur, même Flav a craqué pour la Saigon Beer !

Jour 3 : Visite des minorités musulmanes à la frontière cambodgienne

On a appris la veille qu’on en a pour 8h de route pour rejoindre Ho-Chi-Minh City. QUOI ?? Du coup, on va faire deux petites activités le matin histoire de justifier le troisième jour d’excursion. Donc on se rend dans une ferme de poissons. Rien de bien fou-fou hein. On voit des centaines de poissons entassés dans des bacs sous une maison et nourris avec des boulettes de céréales-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-la-composition. Puis, on va dans une minorité cham qui vend des tissus fabriqués sur place. Bon, c’était sympa jusqu’à ce que les gamins me marchent dans les pieds intrigués par mes béquilles et qu’une autre voie ma montre Swatch et veuille me l’arracher du poignet. Là je dois dire que malencontreusement ma béquille s’est retrouvée sur son pied gauche de manière très appuyée. Elle m’a ensuite laissée tranquille jusqu’au bout ! On reprend le bateau, le bus puis retour à Ho Chi Minh avec un stop à Can Tho pour déjeuner. Une autre option consiste à rejoindre Phnom Penh au Cambodge… mais, pour nous, ça sera pour plus tard.

delta_mekong_20
Au lever du soleil sur le Mekong

Bilan de ces 3 jours dans le delta :

Les parties qu’on a préférées sont celles les plus proches de Saïgon. Le marché flottant est pour nous l’indispensable à voir. Le reste dépend vraiment de tes points d’intérêt. Si tu prends un tour en agence comme nous, deux jours suffisent car on a clairement trouvé que le détour à Chau Doc était de trop. Si tu y vas seul, trois jours ne seront pas de trop car tu perdras du temps en transport. Venir jusqu’ici te permettra surtout de découvrir et de mieux comprendre les traditions vietnamiennes mais ne t’attends pas à voir des paysages à couper le souffle.

 


Une réflexion sur “Le Delta du Mekong en 3 jours

  1. Le delta du Mékong est l’un des plus vastes deltas au monde. Une croisière sur le Mékong Vietnam est un « must » à faire quand vous voyagez au Vietnam. Les eaux nourricières du Mékong ont permis à des civilisations prestigieuses telles que l’empire khmer, ou des villes prospères comme Saigon et Phnom Penh de se développer. Les excursions dans le delta du Mékong vous feront découvrir une région pittoresque entre ciel et eau.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s