Trujillo, au cœur des civilisations andines

Nous revoilà au niveau 0, celui du Pacifique. Trujillo se trouve tout juste à quelques kilomètres de l’océan et la région recèle de vestiges archéologiques impressionnants ! Autant de raisons qui nous ont donné envie d’explorer le coin.

Nous avons choisi de nous loger à Huanchaco, une ville côtière à 8km au nord de Trujillo, qui est le point de rencontre des surfers. Ambiance baba cool au rendez-vous ! Nos indications de prix et de trajets sont donc à partir de ce point. A savoir qu’il existe des bus oranges qui font la liaison toutes les 5 min entre Trujillo et Huanchaco pour seulement 2 soles.

Trujillo

Plaza de Armas de Trujillo
Plaza de Armas de Trujillo

La ville est très agréable. La Plaza de Armas est grande, belle et entourée de demeures coloniales colorées ! De là part la calle Pizarro, une rue piétonne très fréquentée par les locaux pour le « paseo ». Au nord, on arrive sur la Plazuela El Recreo, une place sympa où trône l’une des portes de la ville.

Demeure coloniale de la Plaza de Armas
Demeure coloniale de la Plaza de Armas

Il y a également plusieurs musées notamment celui d’archéologie, anthropologie et histoire mais il était déjà fermé à l’heure où l’on souhaitait le visiter.

Chan Chan, patrimoine mondial de l’Unesco

Un des clous du spectacle quand on visite cette région du Pérou !

Comment y aller ? Depuis Trujillo ou Huanchaco, prendre un bus orange dont le flan est marqué Huanchaco. Prix : 1,5NS

L’entrée coûte 10NS. Nous te suggérons de prendre un guide (40NS) pour mieux apprécier les détails mais si ton budget est limité et que tu comprends l’espagnol, pour 3NS tu pourras acheter un petit livret bien fait qui donnent les principales informations pièces par pièces. C’est le strict minimum pour éviter de passer à côté de certains éléments.

Chan Chan est la capitale de la civilisation Chimú, qui succède à celles de Moche.

On fait souvent le lien entre le Pérou et les Incas mais il faut savoir que leur règne a été extrêmement court. En effet, la civilisation Inca ne régna que les 200 années (1200 – 1532) précédant l’arrivée des espagnols. Avant eux, les civilisations Chimú (1000 – 1470), Lambayeque (700 – 1300), Moche ou Mochica (100 – 700), Nazca (-200 à 600), Chavin (-1000 -200) et bien d’autres moins connues ont vécu pendant des siècles. Certaines succédant aux autres, d’autres, cohabitants ou conquises par les cultures voisines, les ont influencées. Les Incas ont ainsi conquis un territoire allant grosso modo du nord du Chili à l’Equateur en soumettant les civilisations rencontrées sur leur chemin tout en s’appropriant les qualités de chacune (orfèvrerie, poterie, architecture…).

Mais alors pourquoi les Incas sont-ils si connus ?

Tout simplement parce que c’est l’empire des Incas qui régnait quand les Conquistadors sont arrivés en 1532. Les espagnols envoyaient très régulièrement des chroniques rapportant ce qui s’y passait pour répondre à la grande curiosité qui se manifestait alors en Europe autour de ce « Nouveau Monde ». Durant les 400 ans qui ont suivi, seuls les Incas étaient mentionnés, ce qui leur valut d’être mondialement connus.

Chan Chan est la plus grande ville d’adobe précolombienne d’Amérique.

Mur de la citadelle de Nik-An
Mur de la citadelle de Nik-An

Jusqu’à 250 000 habitants y vécurent. Le site s’étend sur plus de 20 km² et compte 9 citadelles bâties successivement par les souverains Chimú pour s’attirer les faveurs des dieux. Chacune abrite la tombe du roi et de sa suite. L’apogée de Chan Chan eut lieu entre le XII et le XVe s. avant d’être assiégée puis soumise par les Incas.

Comme pour les autres sites d’adobe de Túcume et Sipán, l’érosion a, ici aussi, fait son œuvre. Néanmoins l’ensemble des murs protégeant les différentes citadelles sont encore debout et la citadelle de Nik-An (seule autorisée à la visite) donnent une bonne idée de la magnificence du lieu. Tu passeras de salles en salles en suivant les indications et pourras apprécier les décorations qui ornaient les murs.

Zone archéologique El Brujo

De nombreuses agences proposent l’excursion au départ de Trujillo pour 35 NS + 10 NS d’entrée (après quelques négociations). Si tu loges à Huanchaco, les prix seront bien plus élevés (alors qu’on est plus prêt… un comble). Tu auras donc tout intérêt à profiter de la visite de Trujillo pour faire le tour des agences et obtenir le meilleur prix. Vu que Huanchaco est sur la route, aucun soucis pour négocier qu’ils te récupèrent en passant. Même si eux feignent de te faire une grande faveur ! C’est du vécu.

Une fois arrivé sur le site, à 60km au nord de Trujillo, on y trouve trois pyramides Moche. Moche comme la civilisation, pas comme vilain, pour ceux qui suivent. Une seule a été fouillée et est visitable. Comme les Mayas, chaque génération a construit sa pyramide sur celle des générations précédentes. L’édifice en comprend en réalité 7 superposées pour une hauteur totale de 30m sur une base de 120 m de côté. Sa visite est plus qu’intéressante car la pyramide a conservé une grande partie de ses décors et peintures… magnifique !

IMG_4128

IMG_4130

Une tombe y a été trouvée, celle de la Dame de Cao. La seule femme à avoir apparemment eu des fonctions de reine-guerrière dans la culture Moche. Leur Jeanne d’Arc en somme ?

Huacas del Sol y de la Luna, incontournable !

Nous avons profité du bus de l’agence pour nous faire déposer à Trujillo au lieu de notre hôtel à Huanchaco, histoire d’économiser un billet et de gagner du temps. De là nous avons partagé un taxi avec un autre couple pour aller directement aux Huacas. Compter 16NS pour le taxi.

L’entrée combinée au musée et à la Huaca de la Luna vaut 15 NS, guide inclus. La Huaca del Sol (face à la Luna) n’a pas encore été fouillée et ne se visite pas.

Huaca del Sol
Huaca del Sol et des ruines de la ville

Certainement notre site préféré. Comme expliqué précédemment, chaque génération construisait sa pyramide sur celle de ses prédécesseurs, la décorait et la peignait. La génération suivante recouvrant la pyramide précédente et ses décorations, ces dernières ont été préservées des intempéries et ont conservé toutes leurs couleurs et éclats ! Différents niveaux ont ainsi été mis au jour et permettent de voyager dans le temps, ici mieux que nulle part ailleurs, et d’apprécier toute la beauté qu’avaient ces édifices Moche. Une superbe immersion dans l’architecture et la culture de cette civilisation, avec ses dieux, ses croyances, ses pratiques du sacrifice humain… Au sommet de la Huaca de la Luna, centre religieux de la ville, belle vue sur la Huaca del Sol, immense, qui abritait le centre politico-administratif de cette ville. L’ensemble des habitations et ateliers d’artisans se trouvaient entre ces deux Huacas.

IMG_4163
Extérieur de Huaca de la Luna

Museo de Moche (site des Huacas del sol y luna).

Peut présenter un intérêt si vous n’avez pas fait d’autres musée sur la culture Moche. Pour nous, après Lambayeque et les différents autres sites, nous avions déjà vu ce qui y était présenté. Ceci dit c’est une bonne introduction à la culture Moche, son artisanat et ses traditions si tu es novice.

Où dormir à Huanchaco ?

De nombreuses auberges surfer/baba-cool le long du front de mer à prix raisonnables. Nous n’avons pas trouvé la nôtre transcendante, ni à fuir non plus donc on ne préfère pas mettre l’adresse.

Où manger à Huanchaco ?

Ceux qui, comme nous, résideront à Huanchaco constateront que les prix des restaurants sont plus élevés qu’ailleurs, présence touristique oblige !

Les petits budgets profiteront des stands de rue pour goûter aux anticuchos (brochettes de cœur de bœuf) ou des papas rellenas (sorte de purée de pomme de terre farcie à la viande, oignon, œufs, olives) à petits prix (2NS). Nous on s’est régalé chez Picaroneria Lili (en face de la jetée) ! C’est bon, pas cher et ça cale.

Le lendemain, on a testé le restaurant Tramboyo recommandé par le Routard et en toute honnêteté, on l’a trouvé très cher pour ce que c’était. Pour un restaurant spécialisé dans les produits de la mer le ceviche de pescado (30NS mini) était correct mais peu goûtu. On a été déçu. Il faut dire que le Pez loco de Cajamarca avait énormément de goût et avait mis la barre haute. Remonte l’avenue qui longe la mer, tu trouveras pleins de petites gargottes qui font des ceviches de même niveau, dans un menu comprenant ceviche, plat et boisson pour 15 NS. Le rapport qualité-prix y est meilleur.

Caballitos de totora
Caballitos de totora, embarcations en roseau typique de Huanchaco
Défilé local
On a assisté à un défilé local à Huanchaco

 

 

 


4 réflexions sur “Trujillo, au cœur des civilisations andines

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s