Les chutes d’Iguazu : merveille du monde

Voici notre toute dernière étape en Argentine… et QUELLE étape ! Les chutes d’Iguazu, situées à la frontière entre l’Argentine et le Brésil, sont une merveille naturelle inscrite au patrimoine mondial par l’UNESCO. C’est un des sites les plus visités d’Amérique latine, et pour cause… « Iguaçu » en guarani, signifie « grande eau » : plus de 200 chutes se concentrent sur 2,7km de long, dans une végétation tropicale dense. Les cascades étagées se jettent les unes dans les autres tantôt en mince filets d’eau, tantôt dans un grondement assourdissant déversant des millions de litres d’eau à la seconde. Le site est impressionnant par sa beauté, par sa taille, par sa puissance… Un MUST-SEE à rajouter sur toutes les listes de voyageurs !

Depuis San Ignacio, nous avons pris un bus d’une durée de 4h en direction de Puerto Iguazu, la ville la plus proche côté argentin et le meilleur point de chute selon nous pour visiter le site. Il faut compter 2 jours de visite : 1 côté argentin, 1 côté brésilien. Les deux sont complémentaires et il serait vraiment dommage de n’en faire qu’un. Si toutefois, tu n’as vraiment qu’un seul jour à consacrer, privilégie le côté argentin, beaucoup plus grand.

Nous avions prévu 3 jours sur place pour pouvoir jouer en fonction de la météo. Même si les chutes restent impressionnantes en toute circonstance, quoi de mieux qu’une belle journée ensoleillée pour mieux les apprécier ? Nous avons eu de la chance et nous y sommes rendus le lendemain de notre arrivée.

Chutes d’Iguazu côté argentin

Le site se situe à 15km de la ville de Puerto Iguazu en amont du fleuve Iguazu. Toujours à 4 avec Ségo et Célia, on décide de prendre un taxi qui nous revient au même prix que le bus et qui nous récupérera le soir-même. L’avantage est de ne pas perdre de temps et de pouvoir choisir exactement notre heure de départ. Le site ouvrant ses portes à 8h, on arrive sur place à 7h20. On est parmi les 15 premiers touristes de la journée. On poireaute jusqu’à l’ouverture des guichets pour acheter les billets (2000 $Ars). À savoir, le site côté argentin se divise en 3 « parties » : la Garganta del Diablo, le Circuito Inferior et le Circuito Superior. On accède à ces différents endroits grâce à un petit train, le « tren ecologico de la selva », ou à pied mais dans ce cas, une journée ne sera peut-être pas suffisante. Notre hôte de Puerto Iguazu, également guide dans le parc, nous a conseillé de commencer par la garganta del diablo car il y a moins de monde le matin et de faire ensuite le circuito inferior, puis superior.

Garganta del Diablo

En sortant du train, on suit une longue passerelle de plus de 1100 mètres par-dessus le cours du fleuve Iguazu. C’est le point le plus haut des chutes. Et ce qui est surprenant, c’est qu’en avançant ici, on n’a pas l’impression que quelques mètres plus loin cette eau va se déverser de manière déchainée sur plusieurs dizaines de mètres… On est tous les 4 hyper excités à l’idée d’arriver au bout de la passerelle pour voir le spectacle ! Après 10 minutes de marche, on commence à percevoir de la brume et les bruissements d’eau. Wow ! On accélère le pas, on est trop pressés !

iguazu_2
On aperçoit enfin le début de la chute! On presse le pas!

D’un coup, on tombe sur le spectacle époustouflant des chutes de la Garganta del Diablo (= les gorges du diable). WOW ! Ce n’est que le début, mais je le redis : WOW ! De la vapeur d’eau remonte depuis les chutes et nous mouille jusqu’aux os. Ce n’est pas grave, il fait chaud, on est heureux. Cette première scène est magique.

iguazu_3
La puissance de l’eau dans la Garganta del Diablo
DCIM100GOPRO
Trempés mais heureux!
iguazu_4
Garganta del Diablo, chutes d’Iguazu, Argentine

Après avoir trouvé une solution pour couvrir nos appareils électroniques et profiter du moment. On fait demi-tour pour reprendre le train. Avant de commencer le circuito inferior, on a craqué pour le tour en bateau sous les chutes, direction donc le point de départ en sortant à la Estación Cataratas. On y croise de curieuses bestioles appelées coatis. Ca ressemble à un raton-laveur à qui on aurait allongé la truffe… C’est tout mignon, les bébés sont tous touffus, on a envie de les porter mais ne surtout pas le faire ! Ils ne sont pas vraiment sympas et sont surtout ici dans l’espoir de trouver de la nourriture par terre laissée par les touristes… Ne pas leur en donner directement non plus. Les coatis ne se nourriraient plus de fruits locaux, ne répandraient plus les graines contenues dans leurs selles ce qui empêcheraient la pousse d’arbres.

Visite des chutes en bateau à moteur : Gran Aventura

Bon, Flavien et moi ne l’aurions sans doute pas fait tout seuls mais les filles avaient trop envie de le faire et on ne voulait pas faire nos rabat-joie au budget serré. Donc GO ! La durée totale de l’activité dure 2h15. Le 4×4 nous récupère et pendant les 25 min de trajet, une guide donne des informations sur le parc national, la faune, la flore, etc. Avant de monter dans le bateau, on nous donne des sacs étanches et des gilets de sauvetage.

iguazu_7
Les cascades depuis le bateau

Le bateau remonte les flots à grande vitesse ! Au loin, on aperçoit la Garganta del Diablo cachée par les vapeurs d’eau puis il arrive au niveau des cascades Tres Mosqueteros et San Martín. WOW ! Oui encore… WOW, WOW, WOW ! Le point de vue ici est magnifique ! On est au plus près des chutes, on les voit de face, d’en bas. Le bateau fait un premier passage « de loin » pour que tout le monde puisse prendre des photos.

iguazu_8
Les chutes d’Iguazu

Ensuite, il est temps de ranger ses appareils dans les sacs étanches. Il effectue un premier passage sous une chute, c’est la douche ! C’est incroyable de se retrouver presque en dessous de ces trombes d’eau. Vu la chaleur, on est contents de se faire saucer ! Puis il refera 2 fois la même chose en changeant de cascades. Eh ben, nous qui étions sceptiques… on a A-DO-RÉ ! On s’est vraiment sentis immergés dans les chutes ! Sur le chemin retour, on voit deux petits alligators yacaré juste là où on débarque… Heureusement, ils n’ont pas l’air d’avoir envie de nous croquer les pieds !

Avant la douche !
Avant la douche !

Circuito Inferior

On poursuit la visite sur la terre ferme cette fois en prenant la passerelle du Circuito Inferior, longue de 1,4 km. Celle-ci commence en longeant les rives du río Iguazu puis nous amène, petit à petit, de points de vue en points de vue, vers le rideau des cascades principales. Le parcours à travers la forêt est splendide. Outre d’autres coatis, on croise des singes très malins. Un des endroits qu’on a préféré est le belvédère de la chute Bossetti, l’une des plus somptueuses, d’où on peut presque toucher l’eau ! Le grondement de l’eau est impressionnant. WOW !

Point de vue depuis le circuito inferior
Point de vue depuis le circuito inferior
iguazu_14
Iguazu
DCIM100GOPRO
On peut presque toucher l’eau au bout du belvédère!
DCIM100GOPRO
Vue depuis le belvédère Bossetti

Circuito Superior

Si le circuito inferior, nous met au niveau du milieu des chutes, le circuit superior, nous fait prendre de la hauteur. Ce sont 1,7 km de passerelles plates qui longent la brèche géologique le long de laquelle la majeure partie des chutes se jettent dans le vide. On retrouve la chute Bossetti vue d’en haut et le point de vue magnifique sur le reste du site parsemé d’un arc-en-ciel.

DCIM100GOPRO
Vue depuis le haut de la cascade Bossetti
DCIM100GOPRO
Petit arc-en-ciel en prime

Les belvédères se multiplient autant que les clichés de notre appareil photo ! La bruine constante permet un rafraichissement agréable ! Le circuit se termine face à l’arc de cercle formé autour du salto San Martín. La force des eaux qui se projettent entre les pierres reste un spectacle inouïe !

iguazu_23
Chutes d’Iguazu
iguazu_24
Un des derniers points de vue de la journée

Bilan de cette première journée argentine : WOW, WOW, WOW ! On a vraiment été immergés dans les chutes d’eau tout du long en multipliant les points de vue plus beaux les uns que les autres. Ceci aura été pour Flavien et moi, notre dernière journée en Argentine. Une journée et un paysage à la hauteur de la beauté de ce pays. Argentina, te amamos !

Tout au long de la journée, on voit en face les points de vue brésiliens qu’on parcourra le lendemain et qui nous semblent moins impressionnants. Réponse ci-dessous 😊

Chutes d’Iguaçu côté brésilien

Ca y est, après 3 mois à zigzaguer entre le Chili et l’Argentine -pour notre plus grand plaisir- nous découvrons un nouveau pays : le Brésil. Le choc est rude. Pas un seul chauffeur, ni un réceptionniste ne parle espagnol, anglais, français… que du portugais. Ça va être dur !

C’est donc dans un portuñol approximatif qu’on arrive à se rendre à l’entrée des chutes après avoir déposé nos bagages à notre hôtel de Foz de Iguaçu. Le site de ce côté se visite en 3-4h maximum. Si en Argentine, on se sent complètement immergé dedans, au Brésil, on y va plus pour admirer les chutes de face. La visite est complémentaire. On a de la chance, la météo nous suit aussi le lendemain.

Iguaçu_4
Premier point de vue brésilien

Prix de l’entrée : 70 Rls. C’est moins cher que le côté argentin. On commence par faire une file en serpentin pour rentrer dans l’une des navettes qui nous déposera au début du sentier de 1,2 km menant aux chutes. Le premier point de vue est déjà là au bout de quelques mètres : la majeure partie des cataratas argentines se trouvent devant nous, en amphithéâtre ! C’est splendide ! Le côté brésilien offre une vue d’ensemble saisissante !

Iguaçu_5
Les chutes d’Iguaçu depuis le côté brésilien

On continue le sentier en découvrant toujours plus de points de vue. Les « grands sauts » sont au nombre de 19 et seulement 3 se trouvent du côté brésilien. C’est donc naturellement de ce côté que le panorama d’ensemble est le meilleur.

Iguaçu_9
Les cascades étagées sont magnifiques, on ne s’en lasse pas!

Tout au bout du chemin, on rejoint l’antre du diable, autrement dit la Garganta del Diablo, celle par laquelle on a démarré la veille. Mais ici, la passerelle avance au-dessus de l’eau jusqu’au Salto Unión : la plus haute (82m) et la plus puissante des chutes. Des centaines de mètres cubes d’eau se déversent ici dans un son tonitruant. Il y a un monde de dingues ! Oui, non seulement c’est la vacances scolaires mais en plus, on est dimanche. Mauvais choix mais on a fait en fonction de la météo.

DCIM100GOPRO
La dernière passerelle côté brésilien
DCIM100GOPRO
Perspective depuis le bout de la passerelle

Puis on remonte sur une plateforme panoramique pour voir la même chose de haut. C’est déjà fini ! On reprend le bus jusqu’à l’entrée.

Iguaçu_17
Le dernier point de vue sur les chutes

Bilan de cette journée brésilienne : ce côté offre le meilleur panorama global sur les chutes. On s’y sent moins « proches » mais ce n’est pas pour autant que c’est moins intéressant. Petit hic cependant, on a trouvé que pour un parc national le côté brésilien était assez sale : déchets, sacs plastiques, pailles. Pas top. En plus ce côté fait un peu plus parc d’attraction. À savoir, on peut aussi faire un tour en bateau en partant d’ici, ce qui laissera plus de temps côté argentin.

Iguaçu_16
Chutes d’Iguazu, Brésil

Cataratas de Iguazu : les infos utiles           

De quel côté se loger ?

Sans hésitation : Puerto Iguazu en Argentine. Pour avoir dormi à Puerto puis à Foz (car on y avait un avion à 5h du mat’), Puerto Iguazu est plus petit, plus sympa et c’est plus facile pour faire les courses ou aller au resto. Foz de Iguaçu est grande, inhospitalière, les gens ne sont pas sympas et on a trouvé que c’est glauque.

hito_3_fronteras
Hito de 3 fronteras, Puerto Iguazu

RÉSERVER LES LOGEMENTS EN AVANCE ! On y était pendant les vacances scolaires et en week-end. Prends-y toi en avance pour avoir quelque chose de correct.

Où se loger à Puerto Iguazu ?

Reflejos de la luna llena : un prix imbattable quand on est 4, à 10 min du centre, avec piscine, les propriétaires sont de bons conseils.

Où se loger à Foz de Iguaçu ?

Devant le peu d’offres, on a trouvé que CHL Suites restait correct. Juste à côté de la gare de bus et quelques restos à côté.

Comment aller aux chutes ?

Côté argentin depuis Puerto Iguazu : il y a des bus toutes les 20 minutes qui partent du terminal de bus. Si tu veux y aller en taxi, sache qu’ils te font payer le prix par personne et non pas pour la course… Bon comme on était 4, on a eu une petite réduc, c’est revenu au même prix que le bus, et c’est plus confortable.

Côté argentin depuis Foz de Iguaçu : en taxi ou en bus. Mais il faut prendre en compte le passage de frontière. Pas l’idéal donc de faire ça sur une journée depuis le Brésil car la visite côté argentin est longue !

Côté brésilien depuis Puerto Iguaçu : en bus ou en taxi. La visite se faisant plus rapidement côté brésilien, c’est parfaitement jouable.

Côté brésilien depuis Foz de Iguaçu : en bus depuis le terminal ou comme nous, en Uber. Super économique et moins compliqué ! Pour le retour, il y a la wifi à l’entrée du site donc on peut également en commander.

Quand se rendre aux chutes ?

Évite le week-end ! Nous on a pas pu faire autrement et c’était vraiment plein de monde.

Où manger à Puerto Iguazu ?

Pas de coup de cœur mais la Confitería y Panadería El Arbol Real propose un panel très large de plats salés, sucrés et viennoiseries pour un prix raisonnable.

Où manger à Foz de Iguaçu ?

Pour le coup, on a eu un vrai coup de cœur pour la Churrascaria do Gaucho, avenida Republica Argentina. Le soir c’est un rodizio de viande. À savoir, un restaurant où tu mangeras à volonté avec des accompagnements au buffet. Tout y est très bon ! Mention spéciale à l’ananas rôti à la cannelle. Le tout pour 29Rs soit 7€ par personne ! Imbattable !

 

 

 


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s